18 juin 2021

SÉCHERESSE VAGINALE : LA SOLUTION DU LASER VAGINAL

La sécheresse intime ou sécheresse vaginale, est une conséquence naturelle de la ménopause. Les patientes ménopausées sont souvent réticentes à la prise d’un traitement hormonal et la sécheresse des muqueuses a un impact majeur sur la qualité de leur vie sexuelle. Certaines femmes peuvent culpabiliser et s’interroger sur les modifications de leur corps, suite à cette baisse de sécrétions hormonales. L’atrophie des muqueuses est normale, pas d’inquiétude!

Il existe aujourd’hui des solutions pour améliorer naturellement la lubrification des parois vaginales. Des traitements classiques aux innovations gynécologiques comme le laser vaginal, voici les explications.

1. Les causes de la sécheresse vaginale

Lorsque la ménopause s’installe, aux alentours de 52 ans, la carence en hormones féminines et particulièrement les œstrogènes, est à l’origine de multiples symptômes gênant le quotidien des femmes. Le plus connu est l’apparition de bouffées de chaleur, d’intensité et de fréquence variables.

Par ailleurs, la surface du vagin subit elle aussi des modifications. Elle devient sèche, moins riche en vaisseaux sanguins, plus fragile, plus sensible aux infections.

Cette transformation entraîne une sécheresse vaginale, des douleurs lors des rapports sexuels, une irritation. Les patientes traitées pour un cancer du sein ressentent d’autant plus ces symptômes. Les traitements subis induisent fréquemment une ménopause précoce et/ou plus intense.

Comment ré-hydrater les parois vaginales des femmes et améliorer leur quotidien à long terme?

Cet article peut vous intéresser : hystérectomie, quelle conséquence sur le corps des femmes

Ménopause : la sècheresse vaginale n'est plus une fatalité !

2. Traitements classiques de la sécheresse vaginale

2.1 le traitement hormonal

Le traitement hormonal substitutif de la ménopause est efficace pour améliorer cet inconfort vaginal. Malheureusement, aujourd’hui, il est prescrit à une minorité de femmes ménopausées, celles très gênées par des bouffées de chaleur. Il est bien évidemment strictement contre-indiqué en cas d’antécédent personnel de cancer du sein.

2.2. les traitements locaux

Des traitements locaux, ovules et gels vaginaux sont fréquemment prescrit pour lutter contre la sécheresse vaginale. Les patientes ne les utilisent pas à long terme, elles les trouvent contraignants. Leur efficacité et leur tolérance sont variables et ils génèrent d’autres inconvénients comme des pertes blanches inconfortables.

3. Nouveau traitement : le laser vaginal

Le laser apporte une réponse thérapeutique efficace pour prendre en charge les nombreux symptômes vaginaux induits par la carence en hormones féminines ou des accouchements par voie basse.

3.1 Quelles sont les actions du laser ?

On utilise souvent le terme de rejuvénation vaginale, le traitement au laser redonnant au vagin les caractéristiques d’un vagin « jeune ».

Il existe plusieurs types de laser sur le marché. Le laser vaginal qui a prouvé son efficacité est le laser fonctionnant au CO2 fractionné. Les paramètres sont ajustés pour allier efficacité et bonne tolérance du geste par la patiente. Le laser vaginal doit être pratiqué par un médecin gynécologue formé à son utilisation.

Le faisceau réalise une abrasion douce de la couche superficielle des cellules vaginales. Il va réactiver les cellules fabriquant le collagène, l’acide hyaluronique, les glycosaminoglycanes et les protéoglycanes. Toutes ces molécules sont celles qui confèrent au vagin son hydratation et son élasticité. De fait, leur présence en quantité suffisante est essentielle pour offrir aux femmes une lubrification optimale. En particulier lors des rapports sexuels. Fini la sècheresse vaginale !

On peut noter une diminution voire une disparition des sensations de sécheresse vaginale après trois séances environ.

Par ailleurs, cette technique novatrice est tout à fait adaptée aux femmes ayant été traitées pour un cancer du sein par exemple. Le traitement du cancer du sein entraîne généralement une ménopause précoce, et donc l’apparition des symptômes associés. Le laser vaginal est sans danger pour les femmes se trouvant dans ce cas.

Le laser vaginal traite la sècheresse vaginale

3.2 Comment se passe une session?

Votre gynécologue peut pratiquer ce geste à son cabinet. Il lui faut le matériel adéquat pour le bon déroulement de la séance.

Aucune anesthésie n’est nécessaire. Mais le geste peut parfois entraîner une légère sensation de brûlure mais il n’est pas véritablement douloureux. Le praticien traite à chaque séance l’ensemble de la paroi vaginale, du fond du vagin jusqu’à l’entrée.

L’effet secondaire le plus fréquent est la présence de pertes vaginales liquides les jours suivants la séance.

On recommande trois séances de 20 minutes espacées d’un mois pour un résultat optimal et une session annuelle d’entretien.

3.3 Autres bénéfices du laser

Avant la ménopause, les accouchements par voie basse peuvent modifier l’anatomie féminine. Les parois du vagin se relâchent, entraînant une gêne, notamment lors des rapports sexuels. Rapports qui peuvent devenir alors moins satisfaisants. On observe également parfois des fuites urinaires à l’effort malgré une rééducation périnéale bien conduite. Le laser peut être une réponse efficace contre ces désagréments, avant l’option de la chirurgie.

3.4 Quel coût pour une séance de laser vaginal ?

La sécurité sociale ou les mutuelles ne prennent pas en charge ce geste. Il vous en coûtera environ 300 euros par rendez-vous.

La sécheresse vaginale et ses conséquences ne sont plus une fatalité. Le laser vaginal apporte une solution à long terme, sans prise hormonale, qui améliore la qualité de vie sexuelle des femmes des années après l’installation de la ménopause.

Dr Olivier Marpeau, Chirurgien Gynécologue à l’Hôpital Privé de Provence, Aix-en-Provence

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *